Votre tracker d’activité fitness (bracelet connecté) pourrait-il saboter votre régime?

Les technologies portables, les bracelets connectés, peuvent mesurer votre activité physique ou même servir d’indicateur pour tes allergies. De plus en plus, ils font partie de notre vie quotidienne. Mais une nouvelle analyse comparant deux groupes de personnes a montré que les personnes « au régime » utilisant un outil technologique perdaient moins de poids que les personnes à la diète sans technologie.

« Nous sommes entrés dans l’hypothèse que l’ajout de la technologie serait plus efficace que de ne pas avoir d’outils connectés, et nous avons trouvé le contraire », a déclaré John Jakicic, auteur de l’étude, publiée dans le Journal de l’American Medical Association.

Pour comprendre les résultats, une explication plus profonde s’impose.

Comment puis-je perdre du poids et le maintenir ?

Il n’y a pas que les personnes à la diète qui se posent cette questions, les chercheurs également.

Il existe de nombreuses approches pour aider les gens à perdre du poids, toutes ne sont pas bonnes. La question ici est : est-ce que les nouveaux outils connectés, les trackers fitness, les bracelets connectés peuvent aider dans cet objectif ?

Les trackers d’activité ont commencé à être commercialisés au début des années 2000, mais ils ont vraiment pris de l’ampleur au cours des deux dernières années. L’idée derrière cette nouvelle étude, financée par l’Institut national du cœur, des poumons et du sang aux USA, était de comparer deux groupes de personnes au régime : celles qui ont des trackers d’activité portable et celles qui n’en ont pas.

tracker activité bracelet connecté perte de poids régime alimentaire mincir

L’étude

Pour la nouvelle étude, les chercheurs ont demandé l’aide de 470 adultes âgés de 18 à 35 ans. L’indice de masse corporelle de chaque participant se trouve entre  25 et 39; une IMC de 25 à 29 est considéré comme «du surpoids», et de 30 à 39 est considéré comme «obèse». Un peu plus des trois quarts des participants étaient des femmes.

Les chercheurs ont divisé les participants au hasard en deux groupes pour un programme de perte de poids de 24 mois.

Les deux groupes ont participé à une formation sur la perte de poids en groupe. Tous les participants ont donc reçu des conseils sur la nutrition et l’activité physique pour adopter les bases d’une alimentation et d’une activité saines.

Mais au-delà de la partie « voici ce que vous devez mangez, et vous devez faire plus d’exercice » la formation était fondée sur une théorie comportementale qui aide les patients à comprendre pourquoi ils peuvent avoir des difficultés dans leur objectif de perte de poids et comment trouver la solution.

Les sessions de groupe étaient programmées chaque semaine pour les six premiers mois et mensuellement entre les mois 7 et 24. A partir du mois 7, les participants ont également reçu des appels téléphoniques brefs (10 minutes au maximum) une fois par mois et des SMS hebdomadaires.

La moitié des participants ont été encouragés à utiliser un tracker d’activité disponible sur le marché (avec une interface Web), tandis que l’autre moitié a simplement enregistré son activité sur un site Web.

Les résultats

Que s’est-il passé? La différence de poids à 24 mois différait «significativement» selon le groupe d’intervention. Le groupe avec les trackers d’activité ont perdu en moyenne 3,5 kilos alors que qu’une perte moyenne de 5,9 kilos a été enregistré pour le groupe sans tracker.  Cependant, les chercheurs ont rapporté que les deux groupes ont montré des améliorations dans la composition corporelle, la forme physique, l’activité physique et l’alimentation.

Ces résultats sont survenus alors que l’on rappelle qu’il n’y avait pas de différences «significatives» entre l’apport alimentaire et l’activité physique pour les deux groupes.

« Cela signifie que quelque chose ne va pas », a déclaré Dr Barbara Berkeley, médecin certifiée en médecine interne et en obésité. Elle a expliqué que s’il n’y avait «absolument aucune différence» entre ce que les deux groupes mangeaient et ce qu’ils faisaient comme activité physique, les pertes de poids moyennes «devraient être les mêmes, avec ou sans tracker d’activité».

Dr Berkeley a observé que les études sur les régimes sont «notoirement difficiles à faire», donc l’ajout d’exercice dans le mélange rend la précision de l’étude 2 fois plus difficile. Le principal problème est que toute étude à long terme doit reposer sur le fait que les participants déclarent eux-mêmes ce qu’ils ont mangé et l’activité physique réalisé, donc la précision du programme est naturellement un problème.

Les trackers d’activité au placard

La tendance observée chez les personnes qui utilisent les trackers d’activité (hors étude) et qui peuvent confirmer les résultats de l’étude est que les gens utilisent leur bracelet connecté pendant 2 à 3 mois et ensuite s’en lassent et les laissent de côté.

Le Dr Berkeley a noté que « la perte de poids est beaucoup plus dépendante dans le fait de suivre scrupuleusement un régime alimentaire que sur l’exercice. » En général, dit-elle, l’alimentation est plus importante que l’exercice pendant la phase de perte de poids active, mais l’exercice devient beaucoup plus important pendant le maintien du poids.

« Il est tout à fait possible que ceux qui accordaient plus d’attention à la partie exercice de leur régime (à cause du tracker) étaient moins scrupuleux quant à leur alimentation », a déclaré Berkeley. Elle a ajouté que faire de l’exercice peut souvent amener les personnes à la diète à avoir le sentiment de « mériter la chance de pouvoir manger plus. »

 

Si tu veux plus de renseignements n’hésite pas à me contacter ici.

Alan, ton coach sportif.

poignée d'amour fitness musculation gainage forme graisse ventre mincir