Eau en bouteille VS Eau du robinet

Les premières journées de soleil et de chaleur nous rappelle comme nous sommes privilégiés d’avoir l’eau à portée de mains (et que nous la gaspillons de trop). Pour que notre organisme fonctionne correctement il a besoin de recevoir de l’eau régulièrement dans la journée. Et non, les autres boissons ne comptent pas! Mais faut-il boire de l’eau en bouteille et laquelle? ou l’eau du robinet? Je vais vous lister les différents points importants pour faire votre choix.

1. L’eau du robinet

Nous savons le parcours que subit l’eau du robinet entre le traitement en station d’épuration et les différents passage dans diverses canalisations. Après des analyses complètes sur l’eau à la sortie du robinet il a été constaté qu’il reste de multiples substances toxiques comme le calcaire, le chlore, les nitrates, les nitrites, l’aluminium, les pesticides.. sans oublier des traces d’antibiotiques, de médicaments même si cela reste infime au quotidien mais au fil des années cela perturbe notre fonctionnement! Ce phénomène a été constaté entre 2011 et 2015 et communiqué dans un rapport conjoint du Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes et du Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie.

L’eau du robinet permet aussi de :

  • Ne plus porter les packs d’eau
  • Est écologique car moins de déchets vu qu’une bouteille met 1000 ans à se dégrader !
  • Faire des économies
  • Eviter les substances nocives de l’eau en bouteille (détaillées plus loin)

 

L’eau du robinet est bien si elle est FILTRÉE!

Filtrer l’eau du robinet avant consommation est donc une solution de plus en plus adoptée chez les consommateurs et différentes techniques existent :

  • Le charbon végétal Binchotan, utilisé abondamment au Japon afin de traiter l’eau du robinet. Il s’agit d’un charbon de bois blanc actif produit à partir de l’arbre ubamegashi, une espèce de chêne vert. Celui-ci attire les particules nocives présentes dans l’eau comme les pesticides, et relâche des molécules minéralisantes telles que du calcium, du magnésium, du fer et du potassium et équilibre le pH de l’eau !
  • Les perles de céramique, faisant l’objet de brevets en Asie. Totalement naturelles, celles-ci sont faites à l’aide d’argile pure enrichie de 80 micro-organismes actifs. Ses effets ? Assainir l’eau, rendre son goût agréable en faisant disparaître le chlore, le calcaire et d’autres résidus.
  • Les graines de Moringa, un arbuste présent dans les régions tropicales et subtropicales. Là encore, il est question de filtrer les impuretés présentes dans l’eau. Les graines sont destinées à être réduites en poudre et seraient capables d’éliminer 99 % des bactéries, selon une étude menée par des chercheurs de l’Université d’Uppsala (Suède) en 2013.
  • Dernièrement, une société française nommée LaVie a conçu une bouteille en verre équipée de LEDs émettant des UVA (UltraViolet A). Ces ondes lumineuses seraient capables de « casser » les molécules de chlore et libérer des radicaux libres oxydants ayant la capacité d’éliminer les autres impuretés de l’eau du robinet.
  • La Microfiltration (Comptez entre 50 et 170 € en fonction des modèles) : pour ceux qui préfèrent commencer avec un petit budget, avec une filtration déjà satisfaisante en ce qui concerne les médicaments. Les premiers prix de la marque Hydropur à 43€ sont très facilement transportables et peuvent donc s’emporter partout en cas de vacances ailleurs que chez vous. Cependant il est à noter que cette option n’est pas idéale, le calcaire et les nitrates ne sont pas filtrés, l’eau restera  donc fortement minéralisée (aux environ de 500).
  • L’Osmoseur (comptez entre 130 et 400 € en fonction des modèles) : un bon moyen pour purifier son eau. Par rapport à la microfiltration (et comme les filtres de la marque Doulton), il a l’avantage de filtrer le calcaire et les nitrates. Par contre, ce système à l’inconvénient de consommer beaucoup d’eau pour s’auto-nettoyer. La consommation d’eau sera donc plus conséquente. Les modèles les moins chers sont dépourvus de réservoir, leur débit est alors limité de 3 à 5 litres par heure, soit 12 à 20 minutes pour 1 litre d’eau. L’astuce est de remplir à l’avance un grand pot d’eau. Les modèles à réservoir offrent un débit normal.
  • Les carafes filtrantes : les Français sont près de 18 % à en utiliser. Elles associent généralement dans leurs petites cartouches du charbon actif et des résines échangeuses d’ions. Le charbon actif retient le chlore et une partie des résidus de pesticides grâce à l’exceptionnelle surface de contact de ses pores. Les résines, selon leur composition, captent une partie du calcium (pour le remplacer par du sodium comme dans les adoucisseurs), certains métaux comme le plomb ou une partie des nitrates. Les tests réalisés par Que Choisir et 60 millions de consommateurs ont montré une bonne efficacité pour le chlore et les mauvais goûts, mais des résultats irréguliers ou assez peu probants sur les autres critères. De plus les cartouches peuvent relarguer des bactéries ou des particules issues du charbon actif ou des résines lors de leur mise en route et en fin de cycle. Certaines carafes enrichissent l’eau en éléments indésirables : phtalates (issus du polycarbonate), sodium (résines) ou sels d’argent (utilisé comme anti-bactérien). Les filtres de robinet, qui ont une capacité de deux à six mois, sont un peu plus efficaces.

 

2. L’eau en bouteille

Les Français restent en effet de très gros consommateurs d’eau minérale (ou de source) en bouteille, au 8e rang mondial. Pourtant, celle-ci est en moyenne 200 fois plus chère que l’eau du robinet et son impact environnemental est très lourd : chaque bouteille parcourt en moyenne 300 km en camion.

Certains critères sont à connaitre pour mieux choisir son eau !

  • le pH (acide entre 0 et 7 ;  basique entre 7 et 14) : il doit être légèrement acide (entre 6 et 7),
  • le rh2 – renseigne sur le potentiel réducteur (de 0 à 28) ou oxydant (de 28 à 42) : il doit être inférieur à 28.
  • le rhô (mesure la conductivité de l’eau et donne des indications sur sa concentration en minéraux) : il doit être inférieur à 50*.
    * Il est important de choisir une eau faiblement minéralisée, c’est à dire avec un taux de résidus secs inférieur à 50 (c’est inscrit sur la bouteille). En effet, nous ne pouvons pratiquement pas assimiler les minéraux contenus dans l’eau (autour de 1%). L’eau ne doit pas être consommée pour nous apporter des minéraux, elle doit l’être pour se nettoyer de l’intérieur en permettant l’élimination des toxines et déchets! Comme le disait Louis Claude Vincent « L’eau sert plus par ce qu’elle emporte que par ce qu’elle apporte ». Dans le cas inverse, les minéraux, ne pouvant être assimilés dans la cellule, vont avoir tendance à se déposer dans les tissus du corps et surcharger le foie et les reins. Ces organes deviennent débordés et ne peuvent plus faire leur travail correctement ce qui va entraîner de plus en plus de désagréments (fatigue, risque de calculs, problèmes de peau, symptômes et maladies de toutes sortes…).

Eau minérale ou eau de source ? 
Comme son nom l’indique, l’eau minérale est riche en minéraux! Donc si vous avez bien tout compris, elle doit être consommée occasionnellement (ou en cure d’une à deux semaines) pour ne pas surcharger nos reins et contrarier leur travail d’élimination! Il faut savoir que chaque eau (provenant directement de la source) possède sa particularité minérale lui conférant des vertus thérapeutiques : richesse en magnésium (Hépar ou Badoit), calcium (Vittel ou Contrex, en fluor (Badoit), etc.). Cependant, cela n’est pas le cas de l’eau en bouteille plastique dont la qualité a été altérée par son conditionnement, transport et stockage subissant l’impact de la lumière et la chaleur. Enfin, boire tous les jours la même eau minérale entraîne un déséquilibre en minéraux (comme c’est également le cas si on mange des tomates ou des courgettes tous les jours, voilà pourquoi la variété est un principe clé!).

L’eau de source, elle, est naturellement peu minéralisée et est donc préférable pour une consommation quotidienne.

Si vous ne souhaitez pas vous lancer dans le déchiffrage des étiquettes, voici quelques eaux à privilégier :

En magasin bio : Rosée de la reine (pH = 5,8), Montcalm  (pH = 6,8), Mont roucous (pH = 5,85)
En supermarchés : Carrefour (eau de source de montagne pH = 7,3), Leader price (Volcania, pH = 6,3)

 

Selon sa région, si l’agriculture est intensive ou si vous êtes en montagne et selon les habitudes régionales vous avez maintenant toutes les données pour faire votre choix!

 

 

 Corinne votre naturopathe